The school bus

A vos marques, prêt, tuk tuk

A suivre : Kampong Chhang, la province de la poterie, mais d’abord un petit détour par Kampong Cham pour déguster les délicieux escargots le long de la route, se faire secouer par une chaussée déformée, et s’émerveiller devant le Mékong.

Nous avons été chaleureusement accueillit à Kampong Chhnang par Ruriko, la sympathique amie de Mayu qui travaille avec le gouvernement Japonais pour mettre en oeuvre un programme de sport dans les écoles. Elle nous a gentiment invitée à participer à sa journée sportive le lendemain. A notre insu, nous avons été les invités d’honneur. (Apparement juste le fait d’être un étranger vous donne ce titre).

L’évènement sportif débuta tôt dans la journée pour éviter la chaleur de midi. Par chance la cafétéria de l’école servait des gourmandises sucrées et du café chaud. Je ne sais pas ce que les enfants ont avalé ce matin là, mais ils étaient remplis d’énergie et impatient de représenter les couleurs de leur équipe. J’avais parié sur la tapageuse équipe rouge qui jouait à domicile, pourtant après la première manche de courir-avec-son-équipe-avec-un-bâton-entre-les-jambes, la silencieuse mais confiante équipe des jaunes menait la partie. Pas longtemps après, les rouges ont emporté une victoire à la course de tient-en-équilibre-une-balle-sur-une-planche, les scores sont restés serrés durant les activités suivantes ; passer-une-balle-entre-les-jambes-de-son-équipe, et enfin la dance en ligne cambodgienne.

Il n’y a qu’une seule vraie façon de départager deux équipes au Cambodge ; le tire à la corde. Nous avons été sommé de choisir notre camp et de finir le tournoi comme vainqueurs, ou comme perdants. Arvind et Lucy ont rejoint l’équipe jaune, Bastien et Adrian la rouge. Après 10 secondes de tractage, pelletage, et un effondrement évité de peu, l’équipe des jaunes est sortit victorieuse. Elle est plus tard retournée dans son école empilée au somment de leur benne de tracteur, conduit par un membre de l’équipe âgé de seulement 13 ans.

Intéressé d’aider Tuk Tuk Theatre ? Informez-vous ici…

Contribuer Ici

Nous sommes partis de l’école pour visiter l’idyllique village de poterie Kampong Chhnang. En arrivant devant une petite école nichée dans la vallée de Phnom Krong, nous avons été surpris de trouver les enfants durant leur pose déjeuné… ils étaient bien affamés aussi. Décidant que nous avions besoin des enfants mais aussi de nourriture, nous nous sommes dirigés 100 mètres plus bas, le long de la route devant ce qui nous semblait être un restaurant mais qui s’est révélé n’être que la maison d’une vielle femme. Peu importe, elle était si joyeuse de nous rencontrer, de revoir le tuk tuk et Mayu, qu’elle nous a escorté jusqu’au marché local pour faire le plein d’ingrédients, afin que quelque soit son status de restaurateur elle pourrait nous faire la cuisine. Pendant que nous faisions marche arrière avec le tuk tuk pour le garer à l’ombre et faire la lecture des aventures de Donal Duck. Cela ne nous a pris que 5 minutes avant d’être observé par une jeune foule de spectateurs et 30 supplémentaires pour avoir de la cuisine cambodgienne faite maison. En changeant pour du « Africa » de David Attenborough, la vielle femme nous demanda promptement si « il n’était pas dangereux de garder ce genre de lions à la maison ? »

Se séparant des câlins d’enfants, admiratifs de nos magnifiques long nez rose et promettant de revenir bientôt, nous nous sommes dirigés vers les 100 derniers kilomètres qui nous séparés de Pursat, et de la maison pour un peu de repot.

Notre voyage aura duré 10 jours, durant lesquels nous avons parcourus 1000 km, au nom de notre récolte d’argent et de la prise de conscience de notre fabuleux projet, mais surtout pour s’amuser ! Nous avons montrés que non seulement c’est un projet viable, mais étant donné les retours et le support des locaux, la joie sur le visage des enfants à notre arrivé, c’est définitivement quelque chose de nécessaire. Nous espérons qu’à travers cet ensemble de posts nous vous avons inspiré vous, nos fans en ligne, à participer à notre cause et avoir la reconnaissance spontanée que seule le sourire innocent d’un enfant provoque.

Quelques sous en trop dans la poche ?
Pourquoi ne pas faire la différence dans de pauvres villages Cambodgiens. Bon karma pour vous, grande excitation pour les enfants.
/ Non classifié(e)

Share the Post

About the Author

Comments

Aucun commentaire pour le moment.

Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *