The family

Tuk Tuk devient une ambulance pour grand-mère en danger

Je voudrais vous présenter une petite fille et un petit garçon assez particuliers, Mai et Toi. Jusqu’à présent c’est la seule famille qui reçoit une séance de projection privée par mois ainsi que des voyages aller-retour en ville toutes dépenses couvertes et des lessons de natation à la piscine locale. Cela fait longtemps que je voulais raconter cette histoire et je pense qu’aujourd’hui est le bon moment pour discuter de quelque d’un peu plus sérieux à propos notre travail ici.

Mai à peu près 10 ans, à un ou deux ans près, elle vie avec sa grand-mère et son grand frère Toi dans un petit village reculé et pauvre. Malheureusement il y a quelques années, les parents de Mai et la mère de Toi sont décédés à la suite d’un long combat contre le SIDA. Alors que Toi est chanceux de ne pas avoir contracté la maladie, Mai est positive au VIH et doit prendre ses médicaments tout les jours pour ralentir l’avancée de la maladie. Ca à l’air d’un sujet bien triste, hein ? Loin de là…

Je défie quiconque qui croise cette famille de ne pas se prendre d’affection pour eux à la première rencontre. Toi est un garçon plutôt timide mais grandement intelligent. Il est très bon en sport et nous surprend non seulement avec son niveau d’anglais (gardez en tête que les opportunités d’éducation lui sont très limitées) mais lors d’une visite dernièrement, il a été capable de lire à voix haute un livre en Japonais que nous avions porté. Il nous a confié plus tard qu’il prenait des cours dans un village à proximité pour 500 riels (10 centimes d’euro) par cours pour 5 cours. J’ai étudié bien plus longtemps que ça et j’avoue être impressionné.

Mai vous fera fondre le coeur au premier regard. Elle est très affectueuse et son sourire est tellement ravissant qu’il est impossible de ne pas la prendre dans ses bras toutes les 5 minutes, ce qui bien sûr la ravie. Elle et son frère son très proche. Toi est le seul des trois qui a une montre. Elle est programmée 10 minutes avant 6h du matin et du soir, lorsque Mai a besoin de ses médicaments. Tout est prêt et mis à disposition, tout le monde fait le décompte jusqu’à 6h précisément, le médicament est pris à la seconde près.

La petite famille survie avec environ 40$ ou 50$ par mois. La grand-mère fabrique des parcelles de gazon pour toiture qu’elle vend pour 10 centimes pour nourrir toute la famille. C’est un travail épuisant, elle doit marcher jusqu’à la forêt pour récolter le matériel avant de tisser les herbes en parcelles. Elle est âgée de 63 ans et dans un pays remplit de déchets, elle garde la maison la plus propre des alentours. Ils n’ont ni d’électricité, ni téléphone portable. Ils ont accès à un récupérateur d’eau durant la saison des pluies mais ont besoin de faire un trotte pendant la saison sèche. Ce qu’ils ont en revanche, c’est une famille unie et compréhensive qui se traite avec le plus grand respect. La lesson à en tirer ici n’est pas de s’apitoyer sur leur sort mais peut être de prendre un peu de hauteur et réévaluer ce qui compte vraiment dans nos vie.

Lors de notre dernière visite pour extirper les enfants de leur routine, nous avons trouvé à notre arrivé la grand-mère couchée avec une perfusion dans le bras. Nous avons demandé ce qu’il n’allait pas, mais sans traducteur les choses sont plus compliquées. Nous avons finalement compris qu’elle avait été malade depuis deux semaines et ne montrait pas de signe d’amélioration. Sans argent pour aller chez le docteur et sans être capable de travailler signifie qu’ils survivent avec l’aide de la communauté. Nous avons pris la décision de l’amener en ville pour une visite médicale. Après l’avoir convaincue qu’elle avait besoin de rester la nuit là-bas, nous avons réussi à lui faire passer un test sanguin et trouvé le médicament pour la remettre sur pied.

C’est dans ces moments que l’on réalise le pouvoir que nous avons de faire la différence pour ces personnes. Le plus surprenant est peut être encore plus le changement que ça nous fait à nous.

/ Non classifié(e)

Share the Post

About the Author

Comments

Aucun commentaire pour le moment.

Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *